mardi 26 mai 2009

Travailler pendant un arrêt-maladie



Lefebvre insiste pour travailler durant son congé-maladie
http://www.lexpress.fr/actualite/economie/lefebvre-ne-pourra-pas-travailler-durant-son-conge-maladie_762851.html...
Le vibrionnant député UMP Frédéric Lefebvre souhaite permettre aux salariés d'exercer une activité professionnelle via le télétravail, même durant un congé maladie ou maternité.
L'amendement a été rejeté ...


Je viens de tomber là dessus et j'avoue que je suis un peu perplexe:A la base travailler pendant un arrêt maladie ça révèle du non sens. Seulement tout comme il y a autant d'handicap que d'handicapé il y a autant d'arrêt maladie différent que de malades.

L'exemple typique auquel s'appliquerait cette amendement est la personne avec une jambe dans le platre et qui ne peut plus conduire sa voiture pour se rendre à son bureau.

Mais même à moi il m'est arrivé de faire une ébauche de télétravail durant un arrêt maladie mal à propos puisque mon collègue seul autre informaticien du site était en vacances de l'autre coté du globe. J'étais assez malade pour faire de bonne siestes matin et après-midi mais disposait encore suffisement de cervaux pour consulter mes mails entre 2 voir même une visite éclair sur le site pour cause de gros bug.

Je connais par ailleurs quelques mamans avec des bébés sympas qui aurait apprécié cette formule pendant leur congé maternité voir même la prolonger pendant quelques mois pendant le congé parental...

D'un autre coté ça me heurte un peu car ça me semble assez injuste pour tous les travailleurs manuels qui ne pourront jamais en profiter, en même temps il y en a aussi qui contrairement à moi ne sont jamais malade et d'autre qui le sont tellement souvent que ça leur est impossible de travailler. Qui a dit que la vie devait-être juste?
Alors qu'est-ce que vous en pensez, vous?

9 commentaires:

luna a dit…

moi aussi ça m'interroge... j'estime que quand on est malade au point d'être mis en arrêt c'est qu'on n'est pas en mesure de travailler justement.

Le cas de la jambe dans le plâtre à la limite (et encore ici en centre-ville, beaucoup utilisent les transports en commun et avec des béquilles ça n'a rien d'impossible).

Quand je me suis retrouvée en arrêt c'est que vraiment j'étais très mal (et en congé de maternité, c'était avec le col ouvert et menace d'accouchement prématuré)

Après la naissance d'un enfant, on peut reprendre avant la fin de son congé maternité, j'en connais qui l'ont fait tellement elles s'emmerdaient chez elles avec un bébé(et cf. Rachida Dati en conseil des ministres le jour de sa sortie de maternité), si on veut rester chez soi il y a le congé parental.
Je préfèrerais que les entreprises développe le télétravail pour le cas précis des parents qui souhaitent bosser chez eux, mais ça n'a rien à voir avec un congé maladie.

Moi je crains davantage une dérive supplémentaire du libéralisme, la porte ouverte à : "tu bosses même quand t'es malade et si tu n'en es pas capable, c'est pas grave on trouvera quelqu'un de plus vaillant que toi et t'iras pointer ailleurs..."
mort aux faibles

Et puis en congé maladie c'est la sécu qui paye des indemnités journalières, dans ce cas l'employeur fera des économies sur le salaire de ses employés en arrêt maladie ??? ben voyons, c'est tout bénéf !

Luc a dit…

Je vais faire un complément par rapport à ce que j'ai entendu à la radio et ce que toi Cleanettte et luna avez écrit :
Donc luna, ceux qui travailleraient auraient un complément de salaire en plus des indemnités!
Moi, ne vois pas que le "mort aux faibles".
Il faut voir plus loin et c'est la que c'est vachement subtile :
Comme tu le dis Cleanettte, tu as déjà fait un peu de télétravaille lors d'un arrêt maladie parce que tu es pro, parce qu'il fallait le faire mais surtout tu voulais bien le faire et si tu ne l'avais pas fait ton patron n'avait rien à redire officiellement!
Maintenant, si ce truc passe, ton patron aura un nouveau moyen de pression sur toi!
Ben vi ma bonne dame c'est dans la loi, j'ai le droit de vous demander de travailler même malade! Et la si tu refuses, ben pourquoi pas c'est du volontariat... mais au moment de remettre les primes de fin d'année, ceux qui auront travaillé même malade passeront devant toi!

C'est un peu comme le travail le dimanche! On vous dit qu'il n'y a rien de mal la dedans, c'est sur la base du volontariat! Sauf que si quelqu'un recherche un emploi de vendeur et lors de l'entretien on lui demande si sur la base du volontariat il est d'accord de travailler le dimanche, je te le demande, combien de chance a t'il pour se voir refuser l'emploi s'il dit non?

Donc pour moi légaliser ca, c'est finalement le faire adopter par tous, pas forcement tout de suite mais tranquillement dans le temps!!!

maviedemaman a dit…

Comme le dit très justement Luna, j'ai peur de la dérive... j'ai écouté le reportage aux infos ce midi, et comme ils ont dit, ils ne forçent personne à le faire. C'est ceux qui veulent (donc qui peuvent?)... que fera t-on de ceux qui veulent (mais ne peuvent pas)? et... de ceux qui ne veulent pas (mais peuvent?)... seront-ils pointés du doigt?!....
J'en ai marre de ces mesures à la noix qui ne font que copier le modèle américain... va-t-on faire de même pour les congés payés??? nous demandera t-on de travailler depuis notre location de vacances???
Ca m'énerve.
Ca va encore retomber sur les plus faibles.
Bisous Cleanettte...

marie a dit…

Je serais plutôt pour. Tu donnes les bons exemples, jambe dans le plâtre, congé parental avec bébé sympa... C'est une très bonne idée (je suis pour le télétravail aussi, que je ne peux hélas exercer), et si c'était légalisé, ça empêcherait les dérives et autres injustices (normalement).

Cleanettte a dit…

Merci beaucoup pour vos réaction constructives.
On n'est effectivement aujourd'hui pas censé travailler durant un arrêt maladie, seulement je l'ai fait et je ne suis pas là seule.
Je ne suis même pas en concurrence pour une promotion, même si évidement j'espère vaguement que ce genre de chose me donne quelques points pour une éventuelle augmentation un jour. En fait dans cette loi je voyais plutôt un moyen d'obtenir immédiatement une gratification pour les services rendus.
Concernant vos argument négatif, je pense qu'il ne faut malheureusement pas trop se leurrer: Sur un même poste l'employeur favorisera toujours l'employé qui en fait plus, que ce soit en terme d'efficacité, d'heures (sup non payées), d'amplitude de disponibilité(vives les réunions qui débutent à 17h!),de présence légalement gratifié par la prime de présence dans certaines boites, etc…

lagrengren a dit…

je suis d'accord avec LUC il faut que ça reste sur la base du volontaria car si ce type de loi passe il y aura encore et toujours des abus de la part des employeurs !

J'ai vraiment l'impression que l'on avance pas mais que l'on régresse !!!

Ratounette a dit…

et ceux qui bossent deja a domicile?

qu'on commence par ne plus verser les salaires au députés qui sechent les seances a l'assemblée!

christèle a dit…

D'accord avec tout ce qui a déjà été dit. Si on se sent suffisamment en forme durant un arrêt maladie, pour travailler de chez soi, qu'est-ce qui empêchera votre patron de penser que votre maladie (quelle qu'elle soit) n'est pas si grave que ça. (en dehors du cas de la jambe dans le plâtre)

Anonyme a dit…

Bonjour à tous : Yvon M. qui écrit.
Clennettte je pense que tu m'as reconnu.
On se dit toujours qu'on est quand même tous obligés de faire quelques exceptions. On se dit que ce sont ces exceptions qui vous rendent différents aux yeux des employeurs et des autres durant LE plan social.
Cette attitude relève du non-dit mais devient surtout une réalité incontournable ; toutefois elle doit rester exceptionnelle... (Attention BurnOut).

Ainsi, des technologies comme le VPN (Virtual Private Network) vous permet de connecter à distance de chez vous sur le reseau entreprise à n'importe quel moment de la journée. Or, lorsque votre patron vous donne cet accès ; votre implication personnelle est sous-jacente ; même en arrêt maladie.

Dans mon cas, j'ai pu échapper à cette règle dans le cadre d'un BurnOut car mon médecin m'avait interdit tout contact avec l'informatique de loin ou de près durant 15 jours.
Quand je suis revenu à mon poste, j'ai pu apprécier toute la lecture du magazine 'Liaisons sociales' N° 85 page 30 'comment les patrons traquent les faux-malades' ouvert en grand sur cette page sur mon clavier...

Aussi depuis ce jour glorieux d'octobre 2007 (vous pouvez vérifier que le n° du magazine est en adéquation avec la date) ; je ne fait plus d'extra ; ce qui améliore sensiblement ma santé et celle de mes proches, et de mes enfants.

Voilà ! Ca c'est la bonne nouvelle ! Ne bossez plus chez vous !
Bonne continuation @ tous et peut-être à bientôt.

y.